Il y a quelque chose de surprenant dans l'écriture d'Anne-Cécile Makosso-Akendengué. Le style limpide, épuré et décalé qui lui est propre ne cache pas les tourments des personnages. Il distille de la distance, comme s'il était nécessaire de ne pas se laisser bouffer par le lecteur par un torrent d'émotions.

 

 Paysages intérieurs - Anne-Cécile Makosso-Akendengué

 

Emotions, c'est bien de cela qu'il s'agit. Des femmes, principalement, au gré de nouvelles fluides à lire, voient le temps filer entre leurs doigts, les regrets, les remords, les doutes. Elles vivent avec le passé, mais refusent de s'y enfermer. Elles appréhendent le futur mais veulent vivre leur présent, repousser l'idée de 'bilan' le plus tard possible.

 

Anne-Cécile Makosso-Akendengué

 

Anne-Cécile Makosso-Akendengué démontre son talent à passer de la pure fiction (avec son premier roman Mathilde et son pianiste) au format rigoureux Nouvelles avec son troisième ouvrage paru chez Edilivre, Paysages Intérieurs.

Elle s'était essayée au récit biographique avec le désormais classique Ceci n'est pas l'Afrique, paru chez l'Harmattan en 2010, où elle racontait à petites touches ses années vécues au Gabon.

 

Mathilde et son pianiste - Anne-Cécile Makosso-Akendengué

 

Enfin, et ce n'est pas le moindre des qualités : l'humour, bel et bien présent. Réjouissante nouvelle sur le poisson rouge, qui pourrait à elle seule faire l'objet d'une pièce de théâtre. Tout comme la plaisante nouvelle sur cette femme qui fantasme sur des lointaines origines russes...

 

Chez Anne-Cécile Makosso-Akendengué, on affronte la réalité, sans jamais perdre le fil de la poésie et de l'humour. Une écriture précieuse.

 

Paysages Intérieurs - Editions  Edilivre

 

Crédit photos DR