Eternel serpent de mer, le sujet de la prostitution revient sur la berge, ce que la gauche fait, la droite le défait, et vice-versa, au lieu de revenir en consensus, sur la loi Marthe Richard qui a imposé en 1946 la fermeture des maisons closes.

 

maison-close

 

Alors questions

Quand est-ce que ces politiques, de quelques bords qu’ils soient, vont laisser les prostitués hommes et femmes faire leur travail en toute tranquillité ?

Quand est-ce que les clients seront aussi laissés tranquilles ?

La prostitution vient de la nuit des temps, et ces « moralisateurs » veulent régenter le sexe selon leur humeur.

 

Quand les maisons closes seront-elles remises en débat pour une réouverture encadrée ?

 

prostituée féminine

 

Tout le monde s’y retrouverait 

L’état qui toucherait des impôts

Le client qui n’aurait pas à aller dans des endroits perdus

Les prostitués découvriraient une sécurité qu’ils ou elles n’ont pas au coin de l’allée d’un bois.

 

Il y a aussi le côté santé, car avec l’encadrement d’une maison, revisité dans des espaces avec les dernières technologies, les prostitués, souvent oubliés des espaces médicaux, pourraient être suivis pour éviter de trainer une saleté cachée, et dans un environnement offrant ce que chacune et chacun aimerait avoir à portée de main, et non dans l'isolement d'un lieu inhospitalier.

Cela éviterait aussi l’esclavagisme sexuel non désiré.

 

Maison close - catalogue 1915

 

En bref, tout le monde y trouverait son compte, et certains ne jouerait pas les hypocrites avec de grands cris d’orfraies, qui n’ont de vérité que de cacher parfois les envies les plus perverses et qui vont avant de rentrer chez eux, la tête basse se livrer aux plaisirs de la chaire tarifée.

 

Les conservateurs aux grandes phrases, qui sont contre tout, lèveraient le bouclier de la morale,  mais faut-il écouter une frange opaque et oublier une majorité de travailleurs et travailleuses du sexe qui souffrent !

 

prostitué masculin

 

Il y aurait entre 18 000 et 20 000 personnes prostituées en France, dont environ 20% d’hommes, ces chiffres ne prennent en compte que la prostitution de rue, mais pourrait être loin de la réalité.

 

Ouvrir les maisons closes est une question de bien être, de sécurité et de santé publique !

 

Crédit photos DR