La semaine politique sous tous les angles

 

edito

 

PS : Quatre motions pour un congrès

 

La campagne est lancée pour le PS et son Congrès de Poitiers prévu le 21 mai.

 

Petit résumé des 4 courants en lice

 

Le renouveau socialiste

Signataires Jean-Christophe Cambadélis, candidat à sa succession, le président de l'Assemblée Claude Bartolone, Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls et plus surprenant … Martine Aubry (surprenante car étiquetée sympathisante « frondeurs» aile gauche) alors que ce sont les « réformateurs » considérés comme l’aile droite du PS qui apportent leurs soutiens à cette motion.

Propositions

Intègrer égalité, social-démocratie et écologie politique.

 

A gauche pour gagner

(les frondeurs – aile gauche de PS)

Signataires le député Christian Paul et Benoît Hamon, Aurélie Filippetti … les frondeurs de Vive la gauche.

Propositions

Une inflexion de la politique économique, des mesures de pouvoir d'achat, une loi bancaire et une réforme fiscale.

 

La fabrique

Signataires Karine Berger (secrétaire nationale à l’Économie), soutenue entre autres par par la Cohérence socialiste, et Dominique Bertinotti.

Propositions

Comment on reprend la main politique dans la mondialisation, comment on répond à l'angoisse sociale de nos concitoyens, comment on reconstruit l'exemplarité dans la République, comment on fait que notre pays se sente à l'aise dans sa démocratie.

 

Osons un nouveau pacte citoyen et républicain

Signataire Florence Augier qui veut représenter « l’œuvre collégiale de militants ».

Propositions

Intensifier la politique des emplois aidés, mesures de redistribution pour les classes moyennes, revalorisation de minimas sociaux...

 

Chacun pourra trouver dans ces 4 motions ce qu’il veut y chercher, mais le principal serait sans doute que ce congrès ne tourne pas à la foire d’empoigne comme ce fut le cas en 2008 entre Ségolène Royal et Martine Aubry.

 

* * *

 

Jean-Marie Le Pen suite à son interview dans le journal Ribarol, a fait réagir dans les chaumières du FN, et du coup un affrontement avec sa fille :

Marine Le Pen souhaite ma mort, peut-être, c'est possible, mais elle ne doit pas compter sur ma collaboration.

 

Florian Philippot, vice-président du Front national, a déclaré qu'il serait préférable que Jean-Marie Le Pen démissionne du parti.


* * *

 

Suite

 

Jean-Marie Le Pen sur Marine Le Pen :

 

Elle se suicide et se tire une balle dans le pied en prétendant se détacher de Jean-Marie Le Pen.

 

L’un comme l’autre iront-ils jusqu’au bout de leurs phrases, ou est-ce juste une brouille ciné-médiatique ?

* * *

 

Jean-Marie Le Pen suite … et pas encore fin

 

Jean-Marie Le Pen a renoncé à sa candidature aux régionales en Provence-Alpes-Côte d’Azur, il pourrait se prononcer en faveur de sa petite-fille, députée de Vaucluse, Marion Maréchal-Le Pen.


En résumé, on peut dire que c’est un joli coup de « com », on dédiabolise en laissant partir à la retraite sur un coup médiatique le créateur du parti qui n’a fait que redire son fond de commerce depuis des années, mais que personne n’a jamais joué les « outrés » précedemment, ce qui est bien pratique maintenant avant les régionales.

 

* * *

 

Dans leur opposition au Mariage pour tous, certains UMP proposent de revenir sur la réforme si le parti revient au pouvoir.

François Fillon, Christian Jacob ont déclaré :

En cas d'alternance, nous l'abrogerons.

 

Mais, nouveauté, Valérie Pécresse la lieutenante de Fillon va encore plus loin :

Interdire le mariage pour tous, et démarier les couples déjà passés devant le maire.

 

Elle fait fî du droit français, mais ça ne semble pas la gêner sur ce sujet, il y a toujours une solution, la législation française est  copieuse.

 

La surenchère pour celui ou celle qui sera le plus anti est toujours évolutive, rappelons-nous que François Fillon a voté en 1981 contre la dépénalisation de l’homosexualité, en 1998 contre le Pacs, en 2012 contre le mariage pour tous.

Jolie égalité !

 

* * *

 

Si par le fait des élections départementales on a vu souvent Jean-Christophe Lagarde (UDI) avec Nicolas Sarkozy (UMP), des adversaires du président centriste soupçonnent celui-ci de tenir un triple langage comme l’explique « discrètement » un UDI:

Il explique à Sarkozy qu'il est d'accord pour la primaire, à Bayrou qu'il a une carte à jouer et à nous qu'on décidera tous ensemble au congrès du printemps 2016.

 

En toile fond, il faut deviner l’opposition à François Bayrou pour l’un, et à Alain Juppé pour l’autre.

 

* * *

 

Les brèves

 

Hervé Morin le président du Nouveau centre, est convaincu que l'UDI doit s'engager dans la primaire de droite pour 2017, il l’a dit  dans Le Figaro, sans attendre, il a reçu une invitation de  Nicolas Sarkozy.

 

* * *

 

Pas question de discuter avec l'UMP d'une participation à une éventuelle primaire avant le printemps 2016., tel est le message que Jean-Christophe Lagarde a adressé à Hervé Morin suite au chapitre du dessus.

 

* * *

 

Nicolas Sarkozy ne cesse de faire siffler le nom du président du MoDem dans ses meetings.

François Bayrou lui a répondu via Le Point :

Le responsable de la victoire de la gauche en 2012, c'est lui.

 

* * *

 

Rendez-vous politique … au prochain édito …

 

Crédit photo DR