Dimanche 6, c’est le premier tour des élections régionales, certaines et certains essaient de porter ce vote sur le national, mais, ce n’est pas le cas.

 

urne

 

On entend tous styles de discours comme celui de Marine le Pen, qui se veut outrancier et dépasse toutes les mesures.

Extrait (Nimes le 2/12/15)

Si nous échouons, le totalitarisme islamiste prendra le pouvoir dans notre pays … la charia remplacera notre Constitution, l'islam radical se substituera à nos lois, nos bâtiments détruits, la musique prohibée, l'épuration religieuse avec son cortège d'horreurs …

 

Il faudrait que les personnes, qui envoient de tels propos à la face des électeurs, pèsent le poids des mots qu’ils emploient.

Comment peut-on encore entendre ces politiciens qui se servent de l’angoisse d’une catégorie de citoyens pour essayer d’engranger des voix.

 

Dans ce cortège apocalyptique, il y a aussi ceux qui font du pouvoir, ou de l’opposition classique, les épouvantails de la démocratie et de la lutte contre le chômage, tels Jean-Luc Mélenchon, Nicolas Dupond-Aignan et autres aficionados de la critique pour la critique.

 

Le vote qui va se dérouler en deux consultations (les 6 et 13) doit se faire dans la sérénité et avec des élus qui vont s’occuper de leurs régions, et non pas qui se préparent un tremplin pour 2017 en surfant sur des peurs !

 

Crédit photo DR