Si le premier ministre reste Manuel Valls, il y a quelques bouleversements dans la composition du gouvernement, dont l’entrée de 3 écologistes (Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili, Jean-Vincent Placé) et le départ de 4 ministres (dont Fleur Pellerin et  Marylise Lebranchu).

 

Barbara Pompili

 Barbara Pompili

 

Jean-Marc Ayrault succède à Laurent Fabius au ministère des Affaires étrangères,

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale d'EELV, remplace Sylvia Pinel au ministère du Logement,

Barbara Pompili obtient un secrétariat d'Etat en charge des relations internationales sur le climat,

Jean-Vincent Placé est chargé de la Réforme de l'Etat et de la simplification,

Jean-Michel Baylet, patron du PRG, obtient l'Aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales,

Audrey Azoulay, obtient le ministère de la Culture en remplacement de Fleur Pellerin.

Ericka Bareigts est nommée secrétaire d’Etat chargée de l’Egalité réelle,

Hélène Geoffroy est nommée secrétaire d’État chargée de la Ville,

Estelle Grelier devient secrétaire d’État chargée des Collectivités territoriales,

Juliette Méadel est nommée secrétaire d’Etat chargée de l’Aide aux victimes.

 

Hôtel Matignon

 Hôtel Matignon

 

Ségolène Royale reste à l’écologie + les relations internationales sur le climat,

Emmanuel Macron reste au budget et à l’économie + le numérique.

Pour les autres ministres, pas de changement, on peut regretter que Stéphane le Foll garde 2 casquettes, porte-parole et agriculture.

 

Un changement de premier ministre aurait pu apporter un sursaut d’énergie qui manque cruellement au pouvoir en place.

 

En résumé, élargissement de l’exécutif, avec 39 ministres en parités, mais personne de nouveau venant de la société civile.

 

Crédit photos DR