On peut comprendre, et il est normal que soit rendu hommage aux disparus à travers les conflits de notre pays, mais, la France, et surtout ses élus, commémorent à tour de bras.

 

Statut_de_la_Liberte

Statue de la Liberté

En exemples

19 mars . journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc,

8 mai . commémoration de la victoire pour la guerre de 39/45,

27 mai . journée nationale de la résistance,

8 juin . journée nationale d'hommage aux morts pour la France en Indochine,

18 juin . pour l’appel du Général de Gaulle,

11 novembre . pour l’Armistice de la guerre de 14/18,

5 décembre . hommage aux morts de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie,

 

Etc…

 

Au total 11 dates, qui, si elles sont à respecter, en deviennent presque trop nombreuses pour que chaque citoyen se sente concerné.

 

Tout cela en deviendrait ridicule si ce n’était pas triste.

Il serait mieux et moins mortifère qu’une « seule » journée présente son respect à « tous » les disparus, pour ne pas en laisser d’autres dans l’oubli de l’histoire ...

 

En effet, que devient la mémoire pour ceux de :

la campagne d’Italie, d’Espagne, de Russie,  d’Egypte …

la guerre de 1870, la guerre de 30 ans, la guerre de 100 ans …

et si l’on remonte le temps :

la guerre contre les romains, contre les Goths , contre les Avars …

 

Si le pays rend hommage, il serait logique que ce soit à « toutes » les confrontations et à tous les combattants qui ont construit la France et non, une journée ici, une autre là, et oublier ceux qui « aussi » ont disparus sous diverses batailles qui « hélas » ont trop souvent ensemencé la construction de notre pays depuis que le monde est monde.

 

La liberté a eu un prix, mais un prix que nos lointains ancêtres ont aussi payé !

 

Alors commémorer oui, mais d’une façon plus pertinente !

 

Crédit photo DR