La semaine politique sous tous les angles

 

L'édito du lundi

 

François Hollande … bilan mitigé !

 

Si le chômage sur un an a eu du recul, si la note de la France a été remontée par l’organisme international, le ministre de l'Economie et des Finances Michel Sapin a reconnu que l'objectif de 1,5% de croissance fixé par le gouvernement pour 2016 va être difficile à atteindre.

 

La politique de François Hollande semble redorer quelque peu son blason, mais, comme souvent avec lui, la dorure vire souvent au terne.

Se présentera-t-il à la présidentielle « surement », sera-t-il au second tour « vraisemblablement pas », alors … pourquoi s’obstiner ?

 

Alors en définitive tout n’est pas négatif, mais quand ces hommes du passé vont-ils enfin comprendre que les citoyens veulent un avenir fait avec du neuf, quand on voit aussi Nicolas Sarkozy qui aimerait retrouver les lambris de l’Elysée changer d’avis au gré du vent pour attraper des votes pour la primaire de la droite!

 

* * *

 

Ce qui semble éclaircir un peu Hollande d’un côté, vire maintenant à cause du livre Un président ne devrait pas dire ça, décidemment, les livres ne lui portent pas bonheur (rappel :  livre de son ex).

 

Manuel Valls s'apprête-t-il à franchir le Rubicon en se posant en recours de François Hollande?

 

Dans un avion l'amenant jeudi en Gironde, le chef du gouvernement aurait évoqué sa "colère" personnelle et la "honte" ressentie selon lui par les militants socialistes à la lecture du livre-confessions.

 

Sauf, éclat soudain, Valls va surement se « réserver » pour 2022, 2017 étant quasi perdu d’avance pour la gauche.

 

* * *

 

A croire qu’aucun ne sait tenir sa langue ... après les propos-confidences de François Hollande dans le livre de deux journalistes du Monde, les propos rapportés de Nicolas Sarkozy sur son électorat, c’est maintenant au tour d’Alain Juppé de se prendre les pieds dans le tapis de la petite phrase embarrassante.

Dans le cas du maire de Bordeaux, ce sont même plusieurs petites phrases qui risquent de faire grincer.

Dans le livre Un fantasme nommé Juppé (éd. Stock)en voici  trois extraits !

 

Je n’aime pas les flics,

Je déteste les juges.

Bercy ? C’est un ministère où il n’y a que des coups à prendre : je ne veux pas être celui qui annonce la hausse des impôts.

 

A quelques semaines de la primaire de droite, est-ce que ce livre va lui faire un croche pied et ouvrir une porte à Nicolas Sarkozy … on le saura très vite.

 

* * *

 

Les efforts qui sont fait pour les migrants sont humains, mais il faudrait rappeler aux politiques qu’ils seraient bien, et nécessaire, de penser aussi aux SDF.

 

Puisqu’il a été trouvé des logements pour ceux qui fuient la destruction et la guerre, ils semblent logiques, que la même chose peut être faite pour ceux qui dorment dans la rue !

 

* * *

 

Myriam El Khomri chahutée en Guadeloupe, annule une visite à Pôle emploi.

 

Madame la secrétaire d’état, ne veut-elle que des applaudissements dans ses déplacements, hé non, la vie n’est pas un long fleuve tranquille, il faut aussi assumer les contradictions !

 

* * *

 

Laurent Wauquiez - Président par intérim du parti Les Républicains, n’en rate pas une, alors qu’il accueillait le président du Sénat, Gérard Larcher, il a lâché, ce qu’il a dû penser comme une plaisanterie …

 

S’il arrive quelque chose à François Hollande, vous seriez le nouveau président de la République, ce qui ne serait pas forcément une mauvaise affaire.

  

Ce scénario n'a pas fait sourire Gérard Larcher (LR), « suggestion morbide », a dénoncé Jean-François Cambadélis (PS).

  

Autre déclaration ci-dessous :

 

Laurent Wauquiez

 

La citation se passe de commentaire !

 

* * *

 

Election présidentielle 2017

 

A gauche

 

Manuel Valls a invité Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, Emmanuel Macron et Arnaud Montebourg à se rassembler pour 2017.

Ils ont décliné.

Benoît Hamon :

La question n'est pas ce qui nous sépare mais ce qui devrait nous rassembler.

 

Le premier ministre devait se douter qu'il allait prêcher dans le désert, vu sa politique non consensuelle avec eux.

 

* * *

 

La sénatrice PS Marie-Noëlle Lienemann, vient d'officialiser sa qualification à la primaire de gauche :

Ça y est, moi (dès) demain matin je peux déposer ma candidature. J'ai mes parrainages pour être candidate.

 

Elle déclare :

Je préconise une sixième semaine de congés payés (...) (et) que nous rendions la semaine de 4 jours et 32 heures.

 

Déjà qu’il est difficile de la trouver sympathique, avec de telles propositions, on ne peut même pas la trouver lucide.

Propositions qui seraient bonnes pour les travailleurs, mais irréalisables si on a un tant soit peu d’équilibre gestionnaire.

 

* * *

 

A droite

 

Tir groupé des sarkozystes contre François Bayrou … 165 soutiens de Nicolas Sarkozy cosignent une tribune ciblant « l'opportunisme » du maire de Pau.

 

Le président du MoDem, ce n’est pas une nouveauté, est la bête noire de Nicolas Sarkozy … ce dernier n’apprécie pas que l’on ne soit pas dans sa ligne, et Bayrou est un véritable indépendant.

 

* * *

 

François Fillon a essayé d’expliquer sur France 2 pourquoi il a voté contre la dépénalisation de l'homosexualité en 1982.

En 1981 on est dans une guerre sans merci avec la gauche … Donc on vote contre tout.

Je n'ai jamais de regret. Moi, je regarde vers l'avenir.

 

Et ce monsieur, qui s’arque boute sur des principes d’oppositions voudrait le pouvoir, et bien non, pour avoir le pouvoir il faut savoir « ouvrir » ses idées !

 

* * *

 

En bref …

 

Emmanuel Macron se prononcera le 10 décembre sur sa candidature à l'élection présidentielle, à l'occasion d'un grand meeting à Paris.

 

* * *

 

Bernard Tapie à propos d'Emmanuel Macron :

Un homme d'État ça ne se fabrique pas en l'espace de deux ans.

Mais pas non plus en 20 ou 30 ans quand on voit son exemple !

 

* * *

 

François Bayrou riposte aux attaques de Nicolas Sarkozy et son « mépris du peuple ».

Ces deux-là, ne sont pas près de partager une choucroute !

 

* * *

 

Rendez-vous politique … au prochain édito …

 

Crédit photos DR