A une époque où les moyens d'expressions sont à la fois amplifiés et fragmentés, on assiste à un mélange des genres en art assez intéressant.

 

AFFICHE BERLIN EN SEINE

 

Pendant longtemps le théâtre et la chanson se regardaient, s'observaient en chiens de faïence. Il y eut bien quelques tentatives (réussies) dans les années 80 : 'Gémeaux Croisés' d'Anne Sylvestre et Pauline Julien. Des tentatives rares qui ne firent pas d'émules. On pense aussi à Hanna Schygulla, égérie de Fassbinder, mélangeant monologue et chanson  de Brecht sur scène. Mais nous sommes en 2019.

 

Ariane Dubillard par Danièle Ridereau

Ariane Dubillard

 

Et on peut dire qu'en 2019, côté mélange des genres, le public est gâté. Le 16 mai dernier, Jann Halexander et Veronika Bulycheva blindaient la salle du Nez Rouge pour la première de leur spectacle 'Urgence de Vous, du Gabon à la Russie'. Des prolongations sont prévues pour la rentrée dans le même lieu. Prolongations, il en est encore question pour Ariane Dubillard qui évoque son père le comédien Roland Dubillard dans 'Ma chanson de Roland' du 28 mai au 15 juin au fameux Théâtre des Déchargeurs. Elle sera accompagnée pour les parties chantées par l'accordéoniste Sébastien Debard.

 

Jann Halexander

Jann Halexander - Veronika Bulycheva

 

Enfin, pour rester dans les prolongations (qui montent à quel point ces spectacles marchent, plaisent à un public fort varié), la pianiste hors-norme Isabelle Serrand et le chanteur Wolfgang Pissors chantent et jouent 'Berlin en Seine' au Théatre de l'Essaïon du 1er au 29 juin : il sera question de Brecht, Prévert, Kosma, Weill, Eisler...

 

Crédit photos DR