Creusées par l’érosion des eaux d’infiltration dans de puissantes falaises calcaires il y a 65 millions d’années, elles dominent l'estuaire de la Gironde de près de trente mètres. Les grottes de Matata et de Regulus servirent de refuge dès l'époque carolingienne à des pirates et à des contrebandiers de sel, puis aux protestants lors des guerres de Religion.

 

Les grottes de Matata

 

Selon la légende les grottes de Matata ont pour origine une tragique histoire d’amour entre Charlotte de La Trémoille, épouse du prince Henri de Condé, et son page Permilhac de Belcastel.

En l'année 1588, le prince fut retrouvé mort empoisonné. Sa veuve fut accusée et emprisonnée durant six ans. Son page soupçonné de complicité, s'enfuit et se cacha dans les grottes de Meschers.

Un matin, alors qu'il passait près d'un moulin, le meunier étonné de la présence de cet étranger, lui demanda son nom. De peur d'être reconnu, Permilhac bafouilla quelques mots de latin relatant la beauté du jour - Matuta, Matunina. Ce mot, mal compris, se transforma en Matata et devint son nom.

 

Les grottes de Matata

 

Lorsqu'il ne se présenta pas à la cérémonie du baptême de la cloche de l'église, toute la population lui en garda rancune. On ne douta plus que Matata eut des rapports avec le diable.
Manipulés par la peur et l'ignorance, quelques fanatiques vinrent le guetter à la sortie de son trou, le lapidèrent et l'emmurèrent dans la falaise. 

 

Un endroit idéal et superbe pour celles et ceux qui aiment découvrir les histoires et légendes.

 

Article intégral

 

Eric.L

 

Crédit photos DR