Au début des années 60, chiffres de ventes à l’appui, les maisons de disques découvrent que chaque année, le tube de l’été est un slow ... et ne sommes-nous pas bientôt … en été !

 

slow_copie

 

En voici quelques-uns qui ont fait se rencontrer bien des couples, et en tout cas, aussi, et surtout,  permis de flirter langoureusement sur les pistes de danses.

 

 

J'entends siffler le train - 1962 - interprétée par Richard Anthony, adaptation de 500 Miles, chanson folk américaine, enregistrée aussi par Hugues Aufray mais sans succès.

 

 

Capri c'est fini – 1965 - écrite et interprétée par Hervé Vilard qui avait alors 19 ans, il enchaînera Mourir ou vivre, Fais la rire ...

 

 

Monia – 1968 – interprétée par le chanteur suédois Peter Holm, futur mari, à l’époque, de la sulfureuse et talentueuse Joan Collins.

 


 

I'm Not in Love – 1975 - du groupe britannique 10cc, extraite de l'album The Original Soundtrack.

 

 

Still Loving You – 1984 - du groupe allemand Scorpions, morceau devenu classique dans le genre  ballade rock.

 

La liste n’est pas exhaustive, en effet comment oublier Johnny Hallyday avec Retiens la nuit (1963), Christophe avec Aline (1965), Françoise Hardy avec Voilà (1967) – reprise en 2009 par Robbie Williams, Joe Dassin avec L’été indien (1975) … pour n’en citer que quelques-uns dans la langue de Molière.

 

A la fin des années 80, le slow disparait peu à peu des discothèques, pour laisser place à des danses plus endiablées, et si beaucoup le regrettent, le milieu du disque semble si retrouver en terme de tubes.

 

Crédit photo DR