Helmut Berger, fut la fureur du cinéma dans les années 70 tant ses personnages  ont été « violence et passion », il a été révélé au grand public en 1969 dans Les Damnés signé par son pygmalion et amant le réalisateur italien Luchino Visconti.

 

Helmut Berger

 

L’acteur qui va fêter en mai ses 70 ans publie une biographie, loin de l’hypocrisie et de la tiédeur dans Helmut Berger , Autoportrait, selon ses propos recueillis par Holde Heuer aux éditions Séguier.

 

Helmut Berger

 

Le livre  

Helmut Berger fut considéré comme « le plus bel homme du monde ». Luchino Visconti lui fit interpréter des rôles inoubliables aux côtés de Romy Schneider, Elizabeth Taylor, Charlotte Rampling ou Burt Lancaster, des prestations inscrites dans la légende du cinéma. Entre l’acteur et le cinéaste, se noua une relation ô combien passionnelle.

Personnalité cinématographique incontournable des années fastes, interprète de personnages sulfureux, fêtard invétéré, Berger finit par être victime de son image et de ses excès. Revenu de ses tourments, l’acteur autrichien se regarde dans un miroir autant que dans les souvenirs. Le résultat en est cette autobiographie épicée, sauvage, où Helmut Berger transgresse tous les tabous.

 

Helmut_Berger__Autoportrait

 

Helmut Berger était la beauté enfiévrée, il a rencontré Luschino Visconti de 32 ans son ainé, sur le tournage de Sandra en 1965 avec Claudia Cardinale, où le jeune homme de 21 ans était allé par curiosité. 

 

Helmut Berger

 

Sa première apparition dans un film est signée Roger Vadim en 1964 dans La ronde, en 1967 il apparait dans Les sorcières de Visconti, et éclate aux yeux du monde deux ans plus tard dans le rôle du torturé Martin Von Essenbeck dans Les Damnés.

 

Ludwig de Luschino Visconti

 

S’enchainent alors une suite de chefs-d’œuvre

Ludwig II – Le crépuscule des dieux, Un beau monstre, Dorian Gray, Violence et passion, Une anglaise romantique, Le jardin des Finzi-Contini …

A cette époque les réalisateurs qui font appel à lui en dehors de son mentor sont Joseph Losey, Vittorio De Sica, Sergio Gobbi …

 

Helmut Berger

 

Après la disparition de compagnon de vie qui l’anéantie en 1976, la carrière du bel autrichien s’étiole, on le retrouvera quand même dans Salon Kitty, Victoire à Entebbé mais aussi à la télévision dans la saga Dynastie.

Sa dernière apparition est dans le Saint Laurent de Bertrand Bonello en 2014.

 

Helmut Berger

 

Personnage à la beauté envoûtante, Helmut Berger reste avant tout, le mystérieux et inquiétant jeune premier de films ambitieux et réussis.

 

Crédit photos DR