Joe Dallesandro est une véritable icône de l’underground, il a marqué de son empreinte le cinéma d’auteur.

 

Joe Dallesandro

 

Né à Pensacola en Floride, il a eu une partie de sa jeunesse agitée, il a fui au Mexique avec un amant, s’est prostitué, travaillé comme acteur porno …

Dans une interview il dira plus tard :

Je voulais juste prendre soin de moi.

 

Joe Dallesandro

Joe Dallesandro

 

Un jour, de retour à New-York, l’année de ses 18 ans il est découvert par Andy Warhol qui est littéralement  fasciné par le corps du jeune homme.

Sa découpe sculpturale va inspirer nombre de réalisateur qui le filmeront le plus souvent nu, faisant de lui un sex-symbol du fameux cinéma underground.

 

Joe Dallesandro

Joe Dallesandro

 

On le verra dans :

The Loves of Ondine d'Andy Warhol et Paul Morrissey, puis dans Flesh,  Trash, Heat… de Paul Morrissey, dans San Diego Surf, Lonesome Cowboys … d'Andy Warhol et bien d’autres réalisateurs.

 

Flesh avec Joe Dallesandro

Trash avec Joe Dallesandro

 

Le New York Times écrira :

Son physique est si magnifique que les hommes et les femmes deviennent déconnectés quand ils le voient.

 

Joe Dallesandro

Joe Dallesandro

 


Puis il quitte l’underground pour un cinéma plus ouvert, on le verra dans :

De la chair pour Frankenstein, Du sang pour Dracula, Donna è bello

Avec de grands réalisateurs pour :

Cotton Club de Francis Ford Coppola, L’anglais de Steven Soderbergh,  Black Moonde Louis Malle, Merry-Go-Round de Jacques Rivette

 

Joe Dallesandro

Joe Dallesandro

 

Mais il est transcendé dans Je t’aime moi non plus de Serge Gainsbourg où il a pour partenaire Jane Birkin.

 

Je t'aime moi non plus avec Dallesandro et Birkin

Je t'aime moi non plus avec Dallesandro et Birkin

 

En 2009, il est récompensé au Festival international du film de Berlin par un Teddy Award spécial.

 

Joe Dallesandro

Joe Dallesandro

 

Pour l’anecdote, c’est lui qui est sur la pochette des Rolling Stones pour l’album Sticky Fingers.

 

Sticky Fingers des Rolling Stones

 

Joe Dallesandro aura promené nonchalamment son charisme sans vraiment chercher à faire une carrière, mais le cinéma l’aura photographié sans tabou pour l’éternité, et il y promène maintenant sa silhouette en dilettante.

 

Joe Dallesandro

 

Crédit photos DR