Thomas Dutronc revient avec un nouvel album.

 

Thomas Dutronc

 

 

Après Comme un manouche sans guitare (2007) et Silence on tourne, on tourne en rond (2011), voici Eternels jusqu'à demain.

 

Thomas Dutronc - Eternels jusqu'à demain

 

 

Il prépare aussi un album pour son père.

 

Petite analyse sur quelques-uns des 11 titres

Je n’suis personne avec Jacques Dutronc, très belle orchestration simple et efficace.

Pour la reprise de Chez les yé-yé de Gainsbourg, on peut préférer la version d’Etienne Daho en 1987. Sur J’me fous de tout et  Qui je suis,  la nonchalance « apparente » de Thomas Dutronc se fond parfaitement avec le texte et l’interprétation « faussement légère ».

On retrouve un brin de Django-manouche dans Archimède et Minuit moins le quart.

Dans le morceau d'ouverture de ce troisième album, il a mis en musique une partie du poème de Louis Aragon, tiré du recueil Le Roman inachevé (1956) : Est-ce ainsi que les hommes vivent sous le titre Aragon, un tube en puissance la voix, la musique et bien sur le texte en fond, un morceau incontournable !

 

Thomas Dutronc - Allongés dans l'herbe

Allongés dans l'herbe 

Thomas Dutronc - Qui je suis

Qui je suis

 

Une équipe de choc l’entoure sur cet opus :

Producteur Jon Kelly (Paul Mc Cartney, Kate Bush), Sam Dickson (Adele) à la basse, Matt Johnson (Jamiroquai) au clavier et John Paricelli (Sia) à la guitare.

Il part en tournée dans les Zénith de France.

 

 

Thomas Dutronc

 

 

Mélodies enivrantes, voix claire, ce nouvel opus semble démontrer que le fils de … n’a pas besoin d’être référencé comme tel, tant il a sa place dans le paysage musical, avec un univers bien à lui.

 

Crédit photo DR